Chaque année en France, 30 % des accidents mortels sont liés à l’alcool. C’est l’une des premières causes de mortalité au volant. Pour réduire les accidents causés par l’alcool, le législateur a mis en place une législation qui interdit aux conducteurs de prendre le volant avec un taux d’alcool supérieur à 0,5 g/l.

C’est à cet effet qu’il est mis à la disposition des forces de l’ordre des dispositifs spécifiques leur permettant de mesurer le taux d’alcoolémie des conducteurs. Ce dispositif n’est rien d’autre que l’éthylotest.

Nous vous invitons à découvrir dans cet article, 07 choses importantes à savoir sur ce dispositif.

Qu’est-ce qu’un éthylotest ?

L’éthylotest est un véritable outil de dépistage qui est, la plupart du temps, utilisé par les forces de l’ordre ou encore certains particuliers.

Il permet généralement aux contrôleurs routiers de réaliser le plus rapidement possible des tests d’alcoolémie vis-à-vis des conducteurs de véhicules (véhicules légers et poids lourds compris). Il existe sur le marché deux différents types d’éthylotest à savoir :

  • Les éthylotests chimiques qui indiquent uniquement la présence de l’alcool dans l’air expiré sans donner de précision sur la mesure. Toutefois, ils changent de couleur quand le taux d’alcool convenu est dépassé. Ce sont des outils à usage unique et dont la pièce coûte en moyenne 1,50 euros. Mis à la disposition des consommateurs également, cette catégorie d’éthylotest a une date de péremption et il est important de le vérifier avant tout achat.
  • Les éthylotests électroniques. Plus chers, mais réutilisables, ils mesurent la présence de l’alcool dans l’air expiré à travers un capteur électrochimique. Ce dispositif renseigne sur la quantité d’alcool par litre d’air expiré à travers un affichage numérique. Il faut préciser que le dispositif ne donne que des valeurs estimatives qui vous permettent d’apprécier le taux d’alcool présent dans le sang du conducteur. Pour plus de précision, les contrôleurs soumettent le conducteur à un éthylomètre.
  • Il existe également l’éthylotest anti-démarrage (EAD), un dispositif qui empêche les véhicules de démarrer au cas où le chauffeur a un taux d’alcoolémie supérieur à la quantité retenue. Ce type d’éthylotest est directement relié au système d’alimentation du véhicule favorisant la mise en route du moteur.

Quelle différence peut-on faire entre un éthylotest et un éthylomètre ?

L’éthylomètre est un appareil d’analyse caractérisé par l’infraction et qui donne de façon précise le taux d’alcool dans le sang. Il est souvent utilisé par les forces de l’ordre lors des missions de contrôle routier. Mieux, l’éthylomètre est utilisé en supplément, en cas d’un résultat positif de l’éthylotest.

Bien plus volumineux que l’ethylotest, il n’est pas souvent facile à transporter. Vous serez obligé de vous rendre soit au poste de police ou encore à la gendarmerie.

En cas d’incapacité physique à souffler ou encore d’accident corporel, il suffit de faire simplement un prélèvement de sang afin de déterminer avec précision, le taux d’alcoolémie du conducteur.

Comment fonctionne l’éthylotest ?

Le fonctionnement de l’éthylotest est variable selon la catégorie du dispositif lui-même.

Les éthylotests chimiques

Ils fonctionnent généralement d’une manière simple à travers l’établissement d’une présomption d’imprégnation alcoolique. Mieux, ils contiennent des réactifs chimiques et agissent par oxydation de l’éthanol.

Avec la présence de l’alcool, le dispositif provoque une réaction colorimétrique des cristaux ainsi que du tube d’éthylotest. Il suffit que le conducteur souffle dans le ballon associé à l’éthylotest et que le réactif prenne une couleur verte.

Cela voudra dire que le conducteur est en règle. Dans le cas contraire, le résultat aura une coloration rouge.

Les éthylotests électroniques

Ils fonctionnent grâce aux capteurs électrochimiques qui, à la suite du souffle du conducteur, favorisent l’évaluation du taux d’alcoolémie avec une valeur bien affichée.

Cela se fait à travers le dégagement de l’haleine et peut être réalisé plusieurs fois, comparativement aux éthylotests chimiques. Toutefois, vous devez veiller à ce que votre dispositif soit contrôlé et étalonné de manière régulière.

Est-il obligatoire d’utiliser un éthylotest ?

L’éthylotest est un instrument de mesure qu’il est recommandé d’avoir avec soit dans son véhicule. Oui, car au détour d’une soirée bien arrosée, mieux vaut être sûr de son taux d’alcoolémie avant de prendre le volant. Avoir l’information peut aider à éviter bien des drames.

Aussi, au-delà des risques d’amende, de retrait de points ou de rétention du permis de construire, c’est une question de vie ou de mort.

Selon le décret publié le jeudi 1er mars 2012, tous les conducteurs doivent obligatoirement disposer d’un éthylotest chimique ou électronique dans leur véhicule. Selon le code de la route, tout candidat doit être conscient de l’importance de ce dispositif.

Comment utiliser un éthylotest ?

Vu qu’il existe deux types d’éthylotests, l’utilisation de l’un diffère de l’autre.

Ethylotest chimique

Pour utiliser un éthylotest chimique, vous devez d’abord vérifier la date de péremption ainsi que sa certification comportant la norme française NF et le numéro d’identification.

Vous devez également veiller à ce que les cristaux blancs soient en place avant de préparer les tubes de test. Il faut à chaque fois vérifier les résultats en mettant un accent particulier sur les couleurs.

Si les cristaux ne changent pas de couleur sans dépasser la ligne rouge, alors le conducteur est dans un état normal et il peut conduire sans risque.

Ethylotest électronique

Pour utiliser l’éthylotest électronique, vous devez d’abord le mettre en marche tout en attendant le signal du souffle une fois après le temps de chauffage.

Ensuite, il faut placer l’embout neuf à chaque utilisation tout en mettant en œuvre des mesures d’hygiène afin d’éviter les dilutions d’alcool dans les condensats. Après avoir soufflé dans l’embout, vérifiez le résultat sur l’écran.

Où pourriez-vous trouver un éthylotest à acheter ?

Pour acheter votre éthylotest, vous pourrez vous rendre dans les grandes surfaces, les pharmacies ou parapharmacies, les points de presse, les garages ou encore les stations-service.

Quels sont les seuils autorisés ?

Vous n’êtes pas sans savoir que conduire en état d’ivresse est une infraction du code de la route. À cet effet, il existe une limite d’alcoolémie que doivent respecter les conducteurs de véhicule.

Pour les conducteurs période probatoire, il faut 0,2 gramme par litre de sang et pour ceux qui sont déjà expérimentés il faut 0,5 gramme par litre de sang. Toutefois, la quantité d’alcool n’a pas toujours les mêmes effets chez tout le monde.