Cela n’a absolument rien de nouveau, mais les compléments alimentaires ont toujours autant de succès, particulièrement chez les athlètes et les body-builders !

Quand on commence la musculation, on a tendance à se mettre en tête que protéines = muscles, et ce n’est pas fondamentalement faux.

Oui, les protéines favorisent bien la synthèse des fibres musculaires endolories par l’entrainement, mais non, elles n’ont rien de magique ou de miraculeux. Si vous ne me croyez pas, faites un test très simple : achetez un pot de protéines en poudre et prenez-en dans la posologie recommandée tous les jours, sans aller au sport.

Vous prendrez peut-être du poids, mais pas de muscle à l’horizon !

Bon, où est-ce que je veux en venir ? Eh bien, les protéines en poudre ne sont absolument pas une case par laquelle il faut passer pour épouser un mode de vie sain, loin de là. Ces compléments sont exactement ce qu’ils sont sensés être : des compléments, en l’occurrence, des protéines extraites de diverses sources comme la caséine, le lactosérum ou encore le soja (pour ce qui est des protéines végétales devenues elles aussi très en vogue avec la montée en puissance des pratiquants de muscu vegans).

Les protéines en poudre sont commercialisées comme un complément rapide et pratique pour améliorer la condition physique, si bien que les gens ne se rendent généralement pas compte que ces produits sont la plupart du temps inutiles, à moins d’être un athlète professionnel ou de souffrir d’une carence en protéines (ce qui est bien rare par chez nous).

Quelques précautions avec les protéines en poudre

Les poudres de protéines sont des produits hautement transformés.

Ils peuvent provenir de sources naturelles, mais la production est souvent soumise à des procédés de fabrication tels que l’ajout de colorants et d’arômes artificiels.

Certains produits peuvent également contenir des agents de conservation.

Il existe ds risques pour la santé liés à la consommation de protéines en poudre, notamment au niveau des :

  • allergies et intolérances au lactose : comme nous l’avons mentionné, les trois sources courantes de protéines en poudre sont la caséine, le soja et le lactosérum. Comme ceux-ci sont dérivés de produits laitiers, il est possible pour certains utilisateurs d’avoir une allergie aux aliments à ces ingrédients. Les personnes allergiques au lait devraient éviter les protéines en poudre, quelle que soit la source de lait animal (vache, chèvre, jument ou mouton). Certaines personnes ont signalé des réactions allergiques à l’exposition au lactosérum, y compris des diarrhées, les coliques, des éruptions cutanées et des vomissements.
  • reins : sans doute l’effet secondaire le plus réputé. La consommation excessive de protéines est source de tension sur les reins. On parle là d’une consommation très importante qui pourrait nuire aux fonctions rénales et entraîner des risques plus élevés de calculs rénaux.
  • perturbation du métabolisme du calcium : voici un autre des principaux risques pour la santé liés à la trop grande consommation de supplément protéique. La perturbation du métabolisme du calcium présente un risque global pour la santé des os. Une augmentation progressive de l’absorption des protéines augmente également le calcium excrété dans l’urine. Une diminution du calcium dans l’organisme entraîne alors une augmentation des risques de perte osseuse ou d’ostéoporose.

Bon à savoir, il existe trois principales formes de protéines en poudre :

  • les concentrés de protéines de lactosérum (le plus courant) qui contiennent 70 à 80% de protéines
  • les isolates de protéine de lactosérum qui contiennent 90 % ou plus de protéines et moins de lactose et de gras, à l’instar de la Whey Gold Standard, protéine la plus largement répandue (découvrir le produit)
    les hydrolysates de protéines de lactosérum qui sont “pré-digérées” et favorisent l’absorption par le corps.

Notez en plus de cela qu’on ne sait pas encore réellement les risques à long terme de ce type de complémentation. D’autant que la plupart du temps, on ne sait pas exactement tous les ingrédients utilisés dans ce genre de produits. Ils sont parfois par exemple bourrés de sucre et très caloriques !

Effets secondaires d’une consommation excessive de protéines

Si une carence en protéines peut être problématique, une surconsommation n’offre pas de meilleurs scénarios.

Rappelez-vous que tout ce qui est consommé en excès peut être mauvais.

Voici quelques effets secondaires possibles lors d’un surdosage en protéines en poudre (surtout à base de lactosérum) :

  • changements dans les taux de cholestérol
  • rythme cardiaque anormal
  • lésion hépatique
  • risque accru de diabète
  • symptômes gastriques ou intestinaux (reflux acide, constipation, crampes, ballonnements, ballonnements, gaz, problèmes de mouvement, augmentation des selles, diminution de l’appétit, enflure des membres, nausées et troubles gastriques)

ne soyez pas trop inquiet pour autant, une étude menée sur 74 sujets a montré qu’une forte consommation de protéines n’était pas dommageable chez les personnes en bonne santé.

Cela dit, il est prouvé qu’un régime riche en protéines peut être nocif pour les personnes atteintes d’une maladie rénale. Des études montrent qu’un régime tel régime peut endommager davantage les reins.

Si vous souffrez déjà d’une affection rénale, il est préférable de consulter votre médecin pour savoir si les protéines de lactosérum vous conviennent.

Conclusion : avec prudence et seulement si nécessaire

Commencez par vous demander quels sont réellement vos objectifs, la meilleure façon de les atteindre est bien souvent de mener une vie saine fondée sur une alimentation solide et équilibrée.

Avec une alimentation variée et composée de produits qualitatifs, il y a très peu de chance que vous souffriez de carence en protéines (les carences se font généralement plus sur l’aspect qualitatif que quantitatif).

Optez pour ce que vous offre la nature, des œufs bio du coin, de la viande blanche bio, du poisson frais, des noix, des oléagineux, des légumineuses, des pois en tout genre, etc..il y a bien des manières d’obtenir ses protéines sans avoir recours à la poudre !

Dans certains cas spéciaux, peut s’avérer utile, mais elle doit toujours être encadrée.

Ces cas incluent :

  • une difficulté à manger ou une perte d’appétit, ce qui est fréquent chez les personnes âgées
  • une maladie grave qui nécessiterait un apport accru en protéines pour guérir
  • une pratique vraiment intense de bodybuilding en compétition

Si vraiment vous devez avoir usage des compléments alimentaires protéiques en poudre, limitez les doses un maximum.

About the author

Brandon Wright