D’où vient le massage thaï ? Contrairement à ce qu’on peut croire, le massage thaïlandais est originaire d’Inde !

Ce fut dans le Nord du pays que le médecin Jivaka Kumar Bhaccha fonda le massage thaïlandais il y a plus de 2500 ans.

C’était le médecin des moines bouddhistes et un contemporain de Bouddha.

Comment ça marche ?

Le massage thaïlandais est basé sur le concept de lignes invisibles d’énergie cheminant dans le corps.

On retrouve le même concept dans la philosophie du yoga. On parle alors du Prana, l’énergie vitale, qui est assimilée par la respiration et par la nourriture, pour être ensuite distribuée dans ces lignes énergétiques, dotant ainsi l’être humain d’énergie vitale.

On trouve sur ces lignes des points d’acuponcture importants.

Ces points sont considérés comme des fenêtres qui permettent de maintenir le corps humain en équilibre avec l’énergie de l’univers. Le blocage d’énergie menant à la maladie lorsque l’équilibre énergétique est perturbé.

La médecine traditionnelle chinoise, le Shiatsu japonais et le yoga indien se basent également sur ces points.

Concrètement, ça donne quoi ?

Le massage thaïlandais traditionnel commence par une prière en sanskrit. Il a lieu à même le sol et le patient est entièrement habillé.

Le massage débute par les pieds pour ouvrir les lignes énergétiques puis suivent les jambes, les hanches, le ventre, les épaules, les bras, les mains, le dos et pour finir la tête.

Le praticien va exercer des pressions sur les différents points d’énergie et une pression générale sur le corps. Il pratiquera des exercices d’extension et d’étirement, appelés également Hatha yoga ou yoga physique.

Une autre version du massage thaïlandais est le massage thérapeutique, utilisé pour soigner des maux existants, par exemple les douleurs à la tête, les douleurs lombaires ou encore les douleurs aux genoux.

En Inde, le massage thaïlandais a désormais été remplacé par le massage ayurvédique.

À quoi ça sert ?

Vous l’aurez compris, le massage thaïlandais a un impact sur le corps et sur l’esprit.

Voici quelques bienfaits qu’il peut vous apporter :

  • Dénouer vos tensions musculaires
  • Débloquer vos cervicales
  • Combattre votre mal de dos
  • Améliorer votre souplesse
  • Relancer votre circulation sanguine
  • Améliorer votre digestion
  • Lutter contre vos maux de tête type migraines
  • Réduire vos douleurs menstruelles
  • Combattre votre stress et vos troubles anxieux
  • Retrouver un meilleur sommeil

Et si j’ai envie d’apprendre ?

Il existe de nombreuses formations de massothérapie qui proposent d’apprendre le massage thaïlandais, en voici quelques-unes :

En Thaïlande :

  • Sunshine Massage School située à Chiang Mai
  • International Training Massage School à Chiang Mai
  • Wat Pho à Bangkok
  • Chivasom Academy à Bangkok

En France :

  • L’école de massage Azenday, formation possible dans les principales villes de France
  • Sensip Training à Aubenas

En Belgique :

  • Alain d’Aligaut propose une formation au massage thaïlandais
  • Une ou deux semaines suffisent pour apprendre le massage thaïlandais. Certaines formations plus poussées peuvent aller jusqu’à 8 semaines pour maitriser parfaitement la pratique.

Testé et approuvé !

Je me suis rendue dans le Nord de la Thaïlande, dans la province de Chiang Mai, pour apprendre les massages thaïlandais à la Sunshine Massage School.

J’ai choisi de suivre la formation massothérapie pour les débutants qui se déroule sur 2 semaines. Les autres formations étant de 5 et 8 semaines.

Au début de chaque cession, nous priions ensemble en récitant une prière en Sanskri. Chaque jour, nous apprenions à masser une partie différente du corps.

J’ai vite pris conscience qu’un véritable échange énergétique avait lieu entre le masseur et le massé pendant chaque cession. À la fin de chaque journée, je me surpris à éprouver une sensation de bien-être et un regain d’énergie.

J’ai aussi trouvé très gratifiant de participer au bien-être des autres. Les premières journées ont été fatigantes physiquement (les cours avaient lieu de 9h a 16h) et mentalement par le nombre de positions et de mouvements à mémoriser.

J’ai par la suite réalisé que le corps avait une mémoire et que mon cerveau, qui tentait tant bien que mal de retenir toutes ces informations, pouvait compter sur mon corps pour les mémoriser à sa place.

« Practice, practice, practice, it’s all about practicing » (entrainement, entrainement, entrainement, tout est une question d’entrainement) nous disait notre professeur Sicha, et elle avait raison !

Il faut savoir que chaque massage est différent en fonction de la taille du client, de son niveau de souplesse, de son énergie, des parties du corps qui sont massées, du niveau de pression appliqué par le masseur, etc.).

À la fin des 2 semaines, nous avons passé notre « examen » ou nous devions, si possible sans utiliser nos notes, réaliser un massage d’une durée comprise entre 2h et 2h30. Nous avons ensuite reçu notre diplôme.

Bref, j’ai adoré mon expérience à cette école où nous étions une classe de 6 apprenants venants du monde entier. J’ai trouvé très enrichissant de découvrir cette pratique complexe et riche de sens et je ne saurai que vous recommander de tenter l’expérience, que ce soit en l’apprenant ou tout simplement en allant découvrir le massage thaïlandais dans un salon.

Bonne séance !

About the author

Brandon Wright