Depuis maintenant près d’un an en France, on entend beaucoup parler d’un arbre originaire d’Inde, le Moringa oleifera, qui semble être le nouveau super aliment à la mode.

Riche en nutriments, antioxydants et autres composés bénéfiques, il a cependant ses petits côtés sombres et il y a quelques précautions importantes à connaître avant de le consommer.

Mais commençons par le commencement.

Qu’est-ce que le Moringa ?

Le Moringa oleifera est un petit arbre originaire de l’Inde, qui pousse aussi dans de nombreuses parties du globe. L’arbre entier est considéré comme comestible et il est connu pour ses longues gousses torsadées, d’où son nom “Murungai” qui signifie “cosse tordue” en tamoul (langue dravidienne parlée par le peuple du même nom qui vit en Inde et au Sri Lanka).

Le Moringa a plusieurs appellations à travers le monde, vous pourrez ainsi en entendre parler sous le nom “arbre à raifort”, car ses racines ont un goût similaire à celui de la racine de raifort lorsqu’elle est crue. Dans la médecine ayurvédique, il est connu sous le nom de shigru.

Le Moringa est bénéfique en tant qu’aliment en raison de sa capacité à pousser dans une variété de climats, en particulier les climats subtropicaux. En fait, le Moringa Oleifera pousse dans pratiquement tous les pays où la malnutrition est répandue et il contribue à lutter contre le fléau.

On pense que le moringa est originaire du nord de l’Inde et qu’il était utilisé dans la médecine indienne il y a environ 5 000 ans, on a également retrouvé des traces de son utilisation chez les Grecs, les Romains et les Égyptiens. Cet arbre était déjà considéré comme une panacée, et on l’appelait entre autres : ” l’arbre magique “, ” l’arbre divin ” et ” l’arbre miraculeux “.

Les potentiels bienfaits du Moringa

bienfaits moringa

Parce qu’il est utilisé dans la lutte contre la malnutrition, beaucoup ont tendance à penser que cette plante est bénéfique pour tout le monde.

Il est assez bien documenté pour ses capacités nutritives et de fait, de nombreuses compagnies de compléments alimentaires en ont fait un business. C’est bien simple, on retrouve le moringa sous toutes les formes possible de nos jours.

Les feuilles sont considérées comme la partie la plus nutritive et sont le plus souvent utilisées dans les compléments. Voyons quelques-uns de ses avantages santé.

1. Haute teneur en nutriments

Comme nous l’avons mentionné, le Moringa est une bonne source d’antioxydants et de vitamines (vitamines B, vitamine C, Fer, Magnésium, Vitamine A, Zinc).

Vous avez peut-être vu passer certaines allégations santé selon lesquelles le Moringa contient plus de protéines que le yogourt, plus de potassium que les bananes, plus de calcium que le lait et plus de vitamine C que les oranges.

Bien que cela soit techniquement vrai, il est important de noter qu’il s’agit d’une distinction “gramme pour gramme” et non par volume. Puisque les feuilles de Moringa sont relativement légères, 100 grammes de feuilles de Moringa seraient beaucoup plus volumineux que 100 grammes d’orange.

En considérant qu’une orange de taille moyenne pèse environ 130 grammes, imaginez la quantité de feuilles nécessaire pour faire l’équivalent. Prenons l’épinard par exemple, dont les feuilles sont équivalentes à celles du Moringa. Je ne sais pas si vous avez déjà vu 130g de feuilles d’épinard, mais cela représente un sacré volume !

Là où je souhaite en venir, et c’est toujours la même chose avec les compléments alimentaires, c’est que les doses sont infiniment petites et les allégations ne doivent pas être prises au mot. Vous devriez consommer énormément de feuilles de Moringa fraîches pour atteindre votre ration quotidienne de nutriments, alors pour ce qui est des
suppléments de Moringa qui sont séchés (pas frais, ce qui réduit la quantité de certains nutriments), je vous laisse imaginer.

Je prends toujours l’exemple de la spiruline : on nous dit toujours, la spiruline c’est 57g de protéine pour 100g, tandis que le boeuf ce n’est que 26g. Ok, mais vous en trouvez beaucoup des steaks de spiruline par chez vous ? Moi je veux bien, mais nous on n’a accès qu’aux compléments alimentaires, qui indiquent bien sur le packaging 65% de protéines. Mais quand vous en prenez 5g par jour ce qui est déjà beaucoup (10 comprimés environ), vous n’avez guère pris que 3,5g de protéine…

C’est la même chose avec le moringa, je ne crois pas que l’on en trouve beaucoup sur sa forme fraîche en France, attention donc à ces allégations, ne miser jamais sur les suppléments pour atteindre vos portions de nutriments.

2. Peut réduire l’inflammation

Bien que le Moringa ne soit pas une source spectaculaire de nutriments pour ceux qui consomment déjà une alimentation riche en nutriments, il peut avoir un autre avantage qui le rend utile pour ceux qui vivent dans les pays développés. Les niveaux d’antioxydants présents dans les feuilles peuvent aider à réduire certains types d’inflammation.

Le Moringa contient des flavonoïdes, comme la quercétine, ainsi que du bêta-carotène, de la vitamine C et de l’acide chlorogénique. La quercétine est parfois utilisée comme antihistaminique naturel pour sa capacité à stabiliser la production d’histamine dans l’organisme. L’acide chlorogénique est également présent (en plus grande quantité) dans le café et a un effet équilibrant sur la glycémie dans certains essais en laboratoire.

Comme les déséquilibres de sucre dans le sang ont été liés au diabète, à l’inflammation et à d’autres problèmes, l’équilibrage de la glycémie peut être une étape importante pour réduire l’inflammation.

Exemple :

Dans une étude, 30 femmes ont pris 7g de poudre de feuilles de moringa chaque jour pendant trois mois. Cela a réduit le taux de glycémie à jeun de 13,5 %.

Personnellement, je n’utiliserais pas le Moringa uniquement pour ses capacités d’équilibrage de la glycémie, car il faut en consommer régulièrement pour en voir les bienfaits, mais pour certaines personnes, cela peut être utile dans le cadre d’un régime alimentaire et d’un plan de vie.

Consultez toutefois votre médecin avant de jouer aux apprentis sorciers, car des interactions médicamenteuses peuvent exister.

3. Une aide aux mères qui allaitent ?

Une autre utilisation souvent citée pour le Moringa est d’aider à augmenter la production de lait chez les mères qui allaitent.

En fait, certaines compagnies de suppléments recommandent régulièrement leurs suppléments à base de Moringa comme vitamine prénatale et pendant l’allaitement.

Le seul soutien scientifique que j’ai pu trouver pour l’utilisation du Moringa comme galactogogue (qui augmente la production de lait) se trouve dans une vieille étude menée aux Philippines qui a examiné l’utilisation de cette plante pour les mères avec des bébés prématurés dans les trois premiers jours de l’allaitement maternel seulement, et qui a été conclu :

Chez les femmes pendant les jours 3 à 5 du post-partum (après avoir donné naissance à des prématurés), la supplémentation de 250 mg d’extrait de feuilles de moringa oleifera deux fois par jour semble augmenter la production de lait. Le premier jour de supplémentation : augmentation de 31 % par rapport au placebo, le deuxième 48 % et le troisième 165 %.

Il ne figure pas d’autres études sur le sujet à ma connaissance, à prendre avec des pincettes donc.

4. Booster d’énergie naturel

C’est l’un des bienfaits pour lequel les gens vantent le plus l’usage du Moringa, sans doute est-ce dû au profil d’acides aminés de la plante.

Beaucoup de gens dans les forums affirment qu’ils ont vu une augmentation notable des niveaux d’énergie dès les premiers jours de cure de Moringa, bien que la science soutienne peu ce point.

Le simple fait de consommer plus de vitamines, de minéraux et d’acides aminés peut entraîner une augmentation de l’énergie chez de nombreuses personnes, ainsi il est assez difficile d’attribuer ce bienfait au Moringa.

Précautions à prendre

acheter son moringa

Comme beaucoup plantes utilisées comme remèdes naturels, certaines parties sont bénéfiques tandis que d’autres peuvent être nocives d’une manière ou d’une autre.

C’est le cas des baies de sureau, qui sont excellentes pour stimuler le système immunitaire, mais dont les feuilles et les tiges doivent être évitées en raison de la teneur naturelle en glycosides cyanogéniques, qui est toxique pour l’homme.

Les feuilles de l’arbre Moringa oleifera sont généralement considérées comme sûres et comestibles, mais il y a une certaine controverse concernant les racines et les tiges et leurs effets potentiellement nocifs, en particulier chez les femmes. Ces parties de la plante peuvent non seulement jouer le rôle de contraceptif, mais aussi entraîner des fausses couches et d’autres problèmes.

Important : certaines sources affirment que les feuilles ont aussi cet effet, tâchez d’éviter le Moringa jusqu’à ce que d’autres recherches émergent.

Il existe des recherches montrant un effet immunosuppresseur et cytotoxique potentiel des graines de la plante, et les extraits ou suppléments qui contiennent les racines, les graines et les tiges devraient être évités pour cette raison jusqu’à ce que d’autres recherches soient faites.

De plus, il a été démontré que les feuilles de la plante ont un effet légèrement laxatif et peuvent causer des troubles digestifs chez certaines personnes.

Certaines sources recommandent d’éviter complètement le Moringa, car les nutriments qu’il contient peuvent être facilement obtenus à partir d’autres sources et d’un régime alimentaire équilibré.

Conclusion

Il y a certainement des bienfaits à consommer le Moringa sous sa forme fraîche, en particulier dans les pays où la malnutrition est répandue, mais ce n’est pas une source de nutriments aussi exceptionnelle qu’on le prétend souvent et il peut y avoir de bien meilleures sources ailleurs dans les pays développés.

About the author

Brandon Wright