La perte de cheveux, et la calvitie plus précisément, sont des conditions qui inquiètent certains plus que d’autres, mais aussi qui font déprimer. Par ailleurs, de nombreux hommes et femmes cherchent tous les traitements possibles, que ce soit par le biais de médicaments, de greffes ou encore de traitements alternatifs.

Souvent, ils fonctionnent, mais beaucoup se demandent où en sont les études concernant la calvitie, ses causes, mais aussi les possibles traitements futurs. Dans cet article, nous allons vous donner quelques informations sur l’avancée des études, mais aussi les traitements futurs et actuels possibles.

Qu’ont révélé les dernières études sur la calvitie ?

On le sait, la calvitie est majoritairement causée par les gènes et hormones. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle se développe surtout après la quarantaine. Néanmoins, de nombreuses études continuent d’être menées pour trouver non seulement des solutions pour contrer la calvitie, mais aussi les possibles raisons de celles-ci.

Au cours des études les plus récentes, il a été démontré que la calvitie pouvait être causée, ou plutôt accélérée, par la pollution de l’air, car celle-ci réduit le nombre de protéines permettant la croissance ainsi que la production de cheveux. De plus, le fait de trop travailler, c’est-à-dire plus de 40 heures/semaine, pourrait aussi accélérer la chute prématurée des cheveux. Cela est principalement dû au stress ressenti lors des nombreuses heures passées au bureau.

Quelles sont les pistes les plus prometteuses pour de futurs traitements ?

Il existe une étude publiée en septembre 2019 qui est très intéressante concernant un futur traitement possible de la calvitie.

En effet, celle-ci met en avant l’utilisation de stimulations électriques pour aider régénérer les cheveux et diminuer l’alopécie.

Au cours de celle-ci, des rats sans poils ont été équipés d’un petit appareil permettant d’envoyer de très légères stimulations électriques. Au bout de plusieurs semaines, des poils ont commencé à pousser sur l’entièreté du corps de la souris, suite à ces électro-stimulations.

Bien que l’étude ait été faite à l’aide de rats chauves, les chercheurs estiment que les résultats sur l’homme pourraient être similaires.

Le système mis en place pourrait être une sorte de bonnet ou de casquette permettant la stimulation en continu pendant des périodes prédéfinies. Il s’agirait de la solution la plus prometteuse de toutes, et surtout la plus efficace dans un futur proche.

Quels sont les traitements déjà possibles ?

greffe de cheveux

Bien évidemment, il est aujourd’hui possible de passer par plusieurs traitements, que ce soit à base de minoxidil ou par le biais de greffes et autres traitements relevant de la chirurgie esthétique. Voici une liste des principaux traitements possibles.

Le traitement médicamenteux : minoxidil

Le minoxidil est une substance que l’on retrouve dans de nombreux médicaments contre la perte de cheveux et l’alopécie. À la base mis en place pour lutter contre l’hypertension artérielle, les chercheurs ont remarqué, un peu au hasard, qu’il permettait de stimuler la pousse des cheveux. Son action a été confirmée, mais il y a néanmoins un certain nombre de contre-indications et d’effets secondaires possibles.

Greffes de cheveux : des résultats en adéquation avec leurs coûts

On pourrait se demander si les greffes capillaires valent vraiment leurs coûts, mais aussi la douleur que vous pourriez ressentir après l’opération.

En soi, les résultats sont souvent assez bons et ont un aspect naturel, tant que la greffe est faite correctement. Pour cela, n’hésitez pas à vous renseigner et choisir une bonne clinique.

Néanmoins, il faut tout de même prendre en compte deux choses : les rejets et les possibles cicatrices. Même si ces deux choses restent rares, il est tout à fait possible de faire face à ceux-ci, et ce sont des risques à prendre en compte.

Quant à la question de la greffe de cheveux en Turquie, sachez qu’il existe de bonnes cliniques là bas mais que vous devrais pousser davantage vos recherches car bien souvent, les prix toujours plus bas qui y sont pratiqués ont un coût…

Quel type de greffe, entre DHI et FUE :

La DHI, ou Direct Hair Implantation, est une technique où les follicules de cheveux sont extraits individuellement afin d’être directement placés sur la zone où les cheveux manquent. Ce type de transplantation capillaire est souvent réalisée à l’aide d’un Stylo CHOI. Celui-ci permet d’ouvrir le canal et mettre en place les follicules.

La FUE, elle, est une méthode qui consiste au prélèvement d’un greffon dans une zone donneuse. Ce greffon sera ensuite implanté à la zone chauve. Il s’agit de la méthode la plus répandue, mais aussi la plus maîtrisée dans le monde.

Mais laquelle choisir ? Eh bien, les deux ont leurs avantages et inconvénients. En effet, la DHI est une méthode connue pour engendrer moins de saignements dans la zone receveuse, mais aussi augmenter le taux de survie des greffons. Néanmoins, elle demande bien plus d’expertise pour être correctement exécutée et l’opération reste beaucoup plus chère.

Pour ce qui est de la FUE, elle est moins douloureuse dans l’ensemble, elle laisse aussi moins de cicatrices, mais de plus, les résultats paraissent plus naturels. Cependant, selon le type de FUE choisi, à savoir manuelle, mécanique ou robotisée, le traumatisme subit ainsi que le taux de survie des greffons varient.

Micropigmentation capillaire

La micropigmentation capillaire est une technique consistant à injecter des pigments de type organique à une certaine profondeur. Il s’agit donc d’une technique comparable au tatouage qui permet de camoufler un début de calvitie en donnant l’impression que les cheveux repoussent. Elle convient surtout aux hommes, mais les femmes peuvent aussi prendre un rendez-vous pour une micropigmentation capillaire. Les résultats sont généralement très bons, à condition de se rendre dans une bonne clinique.

Mésothérapie cheveux

La mésothérapie pour cheveux, ou mésopécie, est un traitement permettant de lutter contre la chute de cheveux et la calvitie. En effet, il s’agit de l’injection intradermique d’un mélange de substances actives qui permettent de stimuler le cuir chevelu. Cela permet ainsi de revitaliser les cheveux, de stimuler les bulbes, mais aussi améliorer l’état séborrhéique des cheveux.

PRP

Le PRP est une technique unique et à laquelle vous ne ferez pas d’allergie ou de réaction. En effet, il s’agit d’une méthode biocompatible à 100 %, puisque le PRP est issu de votre propre organisme. Comment ? Eh bien, le PRP est en fait du plasma riche en plaquettes. Afin d’obtenir celui-ci, une infirmière vous fera une prise de sang, et celui-ci sera passé dans une centrifugeuse afin de séparer les composants nécessaires du reste.

Les résultats sont généralement satisfaisants, avec un aspect des cheveux plus brillants et soyeux, mais aussi une très grande diminution de la chute des cheveux.

About the author

Brandon Wright