L’auriculothérapie (aussi appelée acupuncture auriculaire et auriculoacupuncture) est une forme de médecine alternative qui considère que les oreilles sont un microsystème qui reflète le corps entier.

En auriculothérapie, on agit donc sur des points spécifiques de l’oreille pour diagnostiquer et traiter une douleur/pathologie.

Aussi appelée médecine auriculaire, cette thérapie est utilisée dans le monde entier. Elle se veut sécuritaire, non invasive et ne semble pas présenter à ce jour d’effets secondaires connus. Pour ce qui est des preuves scientifiques de son efficacité, c’est une tout autre histoire.

Histoire de l’auriculothérapie

Les premiers documents écrits sur l’acupuncture de l’oreille remontent à la Bible médicale de la chine ancienne, une compilation des procédures d’acupuncture qui étaient en pratique en 500 Av JC.

Le texte fait mention de points d’acupuncture spécifiques sur l’oreille externe pour le soulagement de certains troubles médicaux. Cependant, la manière dont l’acupuncture auriculaire est pratiquée aujourd’hui en Chine et en Occident est basée sur des découvertes plus récentes qui ont eu lieu en France dans les années 1950, et plus précisément sur les travaux d’un Docteur Lyonnais en la personne de Paul Nogier.

Pour la petite histoire, ce dernier a remarqué une étrange cicatrice sur l’oreille supérieure de certains de ses patients. Tous avaient reçu des soins pour des douleurs sciatiques par un même praticien qui cautérisait une zone spécifique de l’oreille externe afin de soulager la lombalgie.

Curieux, le Dr Nogier aurait effectué une intervention similaire sur ses propres patients atteints de sciatique en constatant une baisse de la douleur. Il a ensuite essayé d’autres moyens de stimuler ce “point de sciatique”, avant d’en venir à l’utilisation d’aiguilles d’acupuncture.

Mais Dr Nogier n’en est pas resté là et a souhaité étendre son modèle à quelque chose de plus complet. Il a alors émis l’hypothèse selon laquelle si une zone de l’oreille externe supérieure est efficace pour traiter la lombalgie, d’autres parties de l’oreille pourraient peut-être traiter d’autres parties du corps.

Sa théorie soutenait que l’oreille pouvait être comparée à un fœtus inversé, la tête étant représentée sur le lobe inférieur de l’oreille, les pieds au sommet de l’oreille externe et le reste du corps au milieu.

Ce modèle a d’abord été présenté aux naturopathes en France en 1957, puis étendu aux acupuncteurs en Allemagne, et enfin traduit en chinois. Les Chinois ont adopté le modèle fœtal inversé de l’oreille en 1958. Ce modèle est appelé inversion somatotopique. Le mot “soma” signifie “corps” l’autre fait référence à une “carte” topographique.

Comment fonctionne théoriquement l’auriculothérapie ?

carte auriculothérapieVous l’avez compris : le concept de base de l’auriculothérapie est que certaines zones de l’oreille seraient reliées à des zones du corps.

Pour être un peu plus précis, la théorie veut que les nerfs de la peau qui recouvrent des zones spécifiques de l’oreille externe correspondent à des parties spécifiques du cerveau qui ont des connexions de type réflexes avec les zones du corps.

Ces réflexes activés lorsque des points spécifiques du pavillon de l’oreille sont stimulés pourraient entrainer des changements localisés de sensibilité, une modification de la circulation sanguine, etc..

Ce afin de soulager une pathologie dans une autre partie du corps.

Notez que si la plupart des schémas montrent l’oreille gauche, cela ne veut rien dire, il ne s’agit que d’illustration, les deux oreilles peuvent être manipulées.

Comment ça se passe en pratique ?

On utilise surtout l’auriculothérapie pour agir sur la douleur, la dépendance et certains problèmes émotionnels, entre autres.

Les cartes montrant les nombreux points “stratégiques” des oreilles sont établies à partir de données de recherches, notamment celle du Dr Nogier, mais il demeure des divergences.

En effet, toutes les oreilles ne sont pas identiques, si bien que certaines localisations sont parfois approximatives et doivent être vérifiées par palpation. Aussi, l’emplacement exact des points auriculaires peut varier légèrement d’un jour à l’autre chez le même patient.

On appelle point actif une zone qui est sensible à la pression, c’est sur ces points actifs que l’on s’attarde lors d’une séance d’auriculothérapie. Il existe même des appareils pour mesurer et localiser ces points actifs et délivrer un traitement une fois qu’ils sont localisés.

En médecine auriculaire, on ne veut généralement pas agir sur les deux oreilles lors d’une même séance, on préfère se focaliser sur l’oreille du patient qui possède le plus de points actifs.

Les formes courantes de traitement auriculaire sont :

  • l’acupuncture (fines aiguilles dans les oreilles)
  • l’accupressure (pression sur les points actifs spécifiques) ou massage auriculaire
  • les aimants et le champ électro-magnétique (encore au stade de recherche)
  • la stimulation électrique ou électrostimulation qui délivre de légers courants
  • la stimulation fréquentielle mise au point par le Dr Nogier lui-même. Il s’agit de 7 fréquences correspondant aux 7 plages de l’oreille. Ces fréquences entreraient en résonance avec certains récepteurs biologiques pour corriger un déséquilibre

Bon, mais est ce que ça marche ?

Si la haute autorité de santé reconnait l’utilisation de l’auriculothérapie pour la douleur (notamment les migraines), l’addiction à certaines drogues ou encore la lutte contre la dépression, la médecine auriculaire est loin de faire l’unanimité.

Il faut bien dire que l’auriculothérapie ne repose à la base sur aucun principe scientifique solide et qu’aucune preuve scientifique ne l’appuie.

Beaucoup restent néanmoins sceptiques

Il faut dire que les cartes ne sont pas fondées sur des preuves médicales ou scientifiques, et sont donc considérée l’auriculothérapie est souvent considérée comme une “pseudoscience”. Cela n’est pas forcément péjoratif, cela ne signifie pas que cela ne peut pas fonctionner, juste qu’on ne peut pas prouver l’action.

Il n’y a en réalité pas vraiment de raison logique pour beaucoup de croire que ces cartes représentant quelques centaines de points sont valides. Il n’existe pas de voies anatomiques ou physiologiques connues par lesquelles les points de l’oreille sont reliés au reste du corps.

Si l’auriculoacupuncture est supposée agir par une action de réflexe liée à la sollicitation de certains points spécifiques de l’oreille, aucune étude n’a réussi à mettre ce principe en évidence.

Cette étude sérieuse de 2007 menée en double aveugle s’est pourtant penchée sur la question, sans être capable de montrer une relation entre les régions de douleurs musculo-squelettiques rapportées par les patients et les zones douloureuses indiquées sur les cartes d’auriculoacupuncture.

D’autres études se sont quant à elles penchées sur la question : l’auriculothérapie peut-t-elle soulager la douleur ?

L’une d’elles était une expérience en deux parties bien conçue, à laquelle ont participé 36 patients souffrant de douleur chronique. Une partie a comparé les effets de la stimulation des points désignés et des points de contrôle non liés à la zone douloureuse. La deuxième partie comparait la stimulation des points désignés avec un contrôle placebo sans stimulation. Les auteurs ont conclu que l’auriculothérapie n’était pas une procédure thérapeutique efficace contre la douleur chronique. Notez que l’étude en question date un peu (1984)

Une étude plus récente a été menée en 2003 auprès de 90 patients atteints de cancer souffrant de douleur chronique, elle a conclu que l’intensité de la douleur diminuait de 36 % après deux mois chez ceux qui avaient reçu de l’auriculoacupuncture et changeait peu pour ceux qui avaient reçu un traitement placebo. Les auteurs de l’étude ont également fait des recherches dans la littérature médicale et ont trouvé trois autres essais randomisés qui ont été déclarés positifs, mais qui étaient trop mal conçus pour être convaincants.

Conclusion

L’auriculothérapie peut-elle guérir de la maladie ?

Aucune preuve scientifique ne semble être en mesure de la montrer, et il n’y a pas plus de raison logique de croire que le fait de stimuler l’oreille d’une personne peut modifier un processus pathologique dans une région éloignée du corps.

Il est cependant envisageable que l’auriculothérapie puisse soulager la douleur, mais il n’est peut-être pas très rentable de l’utiliser dans cet objectif. Même si c’était possible, ce serait probablement beaucoup plus cher qu’un traitement classique médicamenteux.

À cela, il faut également ajouter le contexte dans lequel l’auriculothérapie est souvent prodiguée. Si c’était dans un centre médical qui fait de la recherche basée sur ce que l’on sait de l’anatomie et de la physiologie humaine, passe encore. Mais cela se fait parfois sur les bases des conseils de spécialistes auto proclamés qui se fient à des idées farfelues sur la façon dont le corps fonctionne.

À l’instar de toute médecine alternative, n’utilisez jamais l’auriculothérapie comme traitement principal à votre pathologie, mais donnez-lui éventuellement une chance en tant que complément, toujours avec l’accord de votre médecin traitant.

About the author

Brandon Wright